Immersion dans la lagune du domaine Bini à Abidjan

Suivez nous, à la découverte du domaine Bini Lagune, site d’éco-tourisme aux portes d’Abidjan. Il a pour objectif de protéger la nature tout en promouvant les us et coutumes ivoiriennes. 

Ce matin à bord de notre taxi orange nous prenons cap-est en direction de la lagune d’Aguien. Nous sortons rapidement, à notre plus grande satisfaction de l’étouffante atmosphère abidjanaise pour nous retrouver ballotés de droite à gauche sur un chemin de terre. Un panneau stipulant “Village propre, zéro déchet, zéro pollution” accroché à un arbre, nous signale que nous nous rapprochons de notre destination. Notre véhicule nous laisse quelques centaines de mètres plus loin au beau milieu d’une plantation de palmiers à huile.  Là, d’autres personnes nous attendent pour prendre la direction de la lagune qui est encore à quelques minutes de marche. Comme mentionné un peu plus tôt à l’entrée du site, les voitures ne sont pas les bienvenues. Nous nous engageons sur un étroit chemin escarpé traversant une végétation dense et arrivons comme par enchantement sur un espace dégagé en bord de lagune : AKWABA au domaine Bini Lagune. 

Des hommes, menés par Emmanuel Kouadio, guide à Bini Lagune, nous accueillent convivialement et comme le veut la coutume ivoirienne, nous invitent à nous asseoir autour d’une table. La deuxième étape d’un accueil réussi est d’offrir à boire à ses invités. Et ce n’est pas la diversité des boissons qui manque. Elles sont toutes locales et produites par les habitants du village voisin. Nous avons la chance de nous rafraîchir en premier lieu avec des noix de coco fraîchement cueillies et décapsulées, nous les buvons bien évidemment sans paille ! Puis, servi dans des calebasses, nous avons le plaisir de goûter le doucereux Bangui (vin de palme) tout juste sorti de son palmier. La dégustation se poursuit avec les merveilleux jus de bissap et de gingembre. Pour clore la cérémonie d’accueil en bonne et due forme, notre hôte Emmanuel, demande de son chaleureux sourire des nouvelles au plus jeune homme du groupe. Celui-ci est censé résumer l’état du groupe et si ce dernier a fait bon voyage jusqu’au site. Une fois le protocole d’accueil clos, Emmanuel nous explique les caractéristiques de ce lieu hors du commun.   

Le domaine Bini Lagune se trouve en réalité sur les terres du village Koffakoi enclavé entre la forêt et la lagune. Ce dernier se singularise par une authentique âme éco-consciente. Mené par un ancien jardinier, aucun sol du village n’est laissé à nu, le luxuriant gazon qui les recouvre empêche leur érosion, notamment lors de la saison des pluies. De plus, aucun déchet n’ose venir fouler cette verte couverture herbeuse, l’entrée des produits manufacturés est fortement contrôlée afin d’éviter l’accumulation de déchets synthétiques et leur potentielle dispersion dans la lagune. Les villageois ayant rapidement compris que leur bien être dépendait de celui de la lagune et de la nature environnante. 

Les activités dans le village vont de bon train, les femmes sont assignées aux cultures de manioc et de palmiers à huile ainsi qu’à la fabrication du fameux attiéké rouge. L’attiéké est une semoule traditionnelle ivoirienne faite à partir de tubercules de manioc, mélangée avec de l’huile de palme celle-ci vire de beige à orangé.   

Les hommes quant-à-eux sont affectés à la pêche et cela de père en fils depuis des générations. La lagune Aguien, contrairement aux lagunes entourant la ville d’Abidjan croulant sous les diverses sources de pollution (eaux usées, déchets…) est épargnée grâce aux efforts des villageois. Leur lagune est leur bijou qu’ils protègent soigneusement. C’est pourquoi, la pêche y est artisanale c’est-à-dire qu’elle se fait à bord de pirogues à rames, les quantités de poissons collectés servent à couvrir uniquement les besoins du village et cela depuis 1940. De plus, l’emploi de pirogues à rames ne perturbe pas l’écosystème aquatique car la lagune a un rôle écologique très important. En effet celle-ci régule le flux hydraulique entre les rivières et la mer grâce à sa capacité de stockage. Par ailleurs, de par son écosystème unique et sa saisissante mangrove, la lagune sert de filtre en épurant les eaux de ruissellement venant des terres avant de se jeter à la mer. La mangrove quant-à-elle protège les zones côtières de l’érosion et abrite une multitude d’espèces animales et végétales. La lagune Aguien se déverse dans la mer via la lagune de Grand Bassam un peu plus au sud.  

L’apprentissage de la pêche et du maniement de la pirogue se fait de génération d’hommes en génération d’hommes. Il n’est pas rare de voir au loin voguant sur la lagune un grand-père enseignant les différentes techniques de pêche à ses petits-fils. Les villageois sont soucieux de la qualité de leur pêche et seuls les gros poissons en quantité raisonnable sont extraits. Et si cela n’est pas respecté, attention car nous nous ferons surement sermonner par les anciens ! 

Nous continuons la visite du domaine qui offre en plus de la présence de la belle âme de ce village, de nombreuses activités aquatiques (tyrolienne, toboggan, plateforme flottante sur la lagune, tour en pirogue…), des randonnées dans la forêt à la découverte des plantes pouvant être utilisées à des fins médicinales. Et lorsque tout le monde est fatigué, vient la grande réjouissance de partager ce qu’ils nomment “le festin des dix doigts”. Ce dernier est concocté par les villageoises avec des produits locaux dans de la vaisselle naturelle, nos dix doigts en guise de couverts ! 

Jean-Marc Bini, créateur du domaine Bini Lagune, n’en est pas à son premier domaine. Il ouvre les portes de Bini Forêt au tourisme éco-solidaire en 2015 puis tombe amoureux de la lagune d’Aguien en 2018. Il propose alors aux villageois de Koffakoi de protéger leurs terres des avides promoteurs immobiliers en créant le domaine Bini Lagune. Ce dernier accueille depuis mars 2019, les Abidjanais et touristes en quête de quiétude et d’air pur tout cela en employant les villageois. 

Plus d’informations sur : 

Site internet : www.domainebini.org

Page Facebook : https://www.facebook.com/chevaliernature2016/